Bujinkan Kanji Dojo

Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Cours du vendredi 21 janvier 2017

Cours du vendredi 21 janvier 2017 il y a 1 an 11 mois #237

  • Daniel
  • Portrait de Daniel
  • Hors Ligne
  • Senior Boarder
  • Messages : 73
  • Remerciements reçus 111
  • Karma: 4
Bonsoir à tous,

Un cours pour moi exceptionnel, dans la continuité de l'enseignement transmis par Dai Shihan Arnaud Cousergue (les 6, 7 et 8 janvier 2017) :cheer:

... car j'ai pu porter la Yoroi ahahah !!! :woohoo: (encore mille merci Senseï !)

Rappel du dernier thème dévoilé par Soke Hatsumi : Mutô Dori & positionnement dans l'espace.

A partir de là, nous avons abordé de nombreuses Waza (dont les noms me sont malheureusement inconnus :S ), à mains nues face à un Bushi attaquant en Fudô Ken, Tentô Kiri ou depuis Yoko Nuki Gatana.


Au-delà de la technique, voici mon ressenti sur le port de la Yoroi :

à l'origine un "équipement-atout" face aux armes blanches, mais dont les failles exploitables (ouvertures, poids, inertie, ...) sont telles qu'il constitue en fin de compte une source de handicaps décisifs.

L'entrave aux mouvements & déplacements est réelle, en particulier lorsqu'on tente de se relever, - ou pire, de chuter :pinch: -

Et au-delà de ce point, la vision est grandement réduite avec le port du casque : inexistante sur le côté ("comme un cheval avec ses oeillères" a justement dit Laïd) ; ce d'autant plus avec l'impossibilité de tourner la tête. :side:

C'est là où les enseignements physiologiques & psychologiques sont particulièrement intéressants, à mon sens :

- Porter un tel équipement "oriente le Shizen" et conduit à naturellement abaisser le centre de gravité tout en adoptant & alternant entre des Kamae évolutives, vivantes, mais TOUJOURS inspirées par la Yoroi elle-même.
En vérité, la sensation est la même qu'avec les Buki : on fait corps avec l'armure, extension corporelle du Bushi.
On ressent et comprend alors les nécessités liées à l'orientation & positionnement des genoux (=> protection), l'alignement épaules-hanches, la droiture du dos, l'ouverture du torse (naturellement induite par le plastron et ses plaques) ...
Il est impératif de bouger avec tout le corps, comme l'a rappelé Laïd en m'indiquant des adversaires imaginaires (migi + ushiro).

- Mais malgré ces efforts constants, un adversaire expérimenté pourra retourner la Yoroi contre nous, comme n'importe quelle autre Buki, et "en faire l'arme, l'instrument de notre défaite" (Yagyu Munenori, "Le Sabre de Vie").
Tori disparait en effet littéralement, dès sa réaction, du champ de vision d'Uke ; ce d'autant plus s'il prend la peine d'aveugler et / ou semer la confusion dans l'esprit de ce dernier, en le manipulant comme une marionnette ;
en jouant par exemple de son casque devant les yeux, de la Saya lors des contrôles et faisant chuter Uke dans des positions improbables et inconfortables ...
Au sol en armure, on se sent comme une tortue sur le dos ; aucune chance de réagir, notre prédateur a déjà profité de notre vulnérabilité totale et porté le coup fatal.
Sans parler des utilisations carrément offensives de notre carapace par Tori ! (étouffement dans le casque scellé au Menpô, pression des Kyushô à l'aide des plaques metalliques, ...)

- En définitive, et de manière très personnelle, je perçois la Yoroi comme une belle métaphore du "Fardeau de la Vie" que porte tout un chacun :
Une illusion de protection totale contre les agressions extérieures par la dureté du Métal (Tetsuton), mais dont le poids & les autres failles peuvent être sources de problèmes et trahir notre stabilité tôt ou tard - surtout lors d'évènements précipités ou de situations imprévues -.
Porter la Yoroi est dès lors excellent pour en prendre conscience & trouver tant le Tai no Kamae que le Kokoro no Kamae.
On ressent la nécessité de la souplesse, la fluidité, la décontraction dans l'activité du corps & de l'esprit ; car sinon, c'est la mort ... :blink:

D'où en fin de compte cette idée paradoxale qu'il faille d'abord "porter" pour mieux se "défaire" ;
un peu comme la Forme des Waza ;)
Ce qui me conduit également à une idée illustrant la Vraie Force induite par ce dépouillement physique & psychique :
Agir sans arme, sans armure ; "sans intention" rappelle constamment Soke :)

Des considérations que je m'efforce de transposer depuis un certain temps maintenant dans ma vie professionnelle notamment, et que j'ai été très heureux de pouvoir confirmer ce soir en cours.

J'ai en tête le lien entre le combat réel (JISSEN) et la vie réelle (Jissen) - souligné par Dai Shihan Arnaud Cousergue dans le Mémento ;
et cette phrase de Senseï Laïd qui m'a marqué dès mes débuts au dojo :
"la Vie est cruelle, la Vie est un combat."


Je leur adresse mes sincères remerciements ; ce résumé leur est dédié.

Amitiés,

Daniel
Dernière édition: il y a 1 an 11 mois par Daniel.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Laïd, Phyllostachys

Cours du vendredi 21 janvier 2017 il y a 1 an 11 mois #238

  • Phyllostachys
  • Portrait de Phyllostachys
  • Hors Ligne
  • Senior Boarder
  • Messages : 50
  • Remerciements reçus 103
  • Karma: 2
En complément :

Les techniques de ce soir:

Takagi Yoshin Ryû :

Chûden - Daishô Sabaki :

Tsuka Kudaki
Hiki Dori
Iri Dori
Kote Dome (?)


Koto Ryû :

Hekito no kata :

Dâko / Damara (?)

Loic,
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Laïd, Daniel
Temps de génération de la page : 0.246 secondes
Propulsé par Kunena

Articles archivés