Les 36 disciplines du Ninja

A l'époque du Japon féodal, dix-huit disciplines fondamentales étaient enseignées à leurs guerriers, appelés Bugei Juhappan (Les 18 Arts du Samuraï), et les ninja n'y échappaient pas. Dix-huit autres disciplines étaient enseignées aux guerriers ninja de cette époque, appelé Ninja Juhakkei (Les 18 Arts du Ninja). Ces 18 disciplines ont été retrouvées dans les parchemins de Togakure Ryū.
Cet ensemble de 36 disciplines étaient appelées Ninpō Sanjurokkei.
 
 

Bugei Juhappan (Période Edo)

  • Kyūjutsu (弓 術) : le tir a l'arc guerrier était utilisé sur les champs de bataille. L'arc était l'arme symbole du samouraï. Une fois les armes a feu introduitent au Japon au XVIe siècle, le kyujutsu a perdu son utilité et a muté pour devenir le kyūdō.
  • Bajutsu / Kibajutsu (馬術 / 騎馬術) : Cette discipline regroupe un ensemble de techniques assez variées telles que : le tir à l'arc à cheval, les combats au sabre, le lancé de javelot, le maniement de la lance, du poignard et du bâton, le travail des chutes, les techniques de monte, le dressage, la voltige en ligne, le travail avec fantassins, le saut d'obstacles, le travail à mains nues avec fantassins ou entre cavaliers, l'étude de katas (canevas - comparable à une reprise en dressage en quelque sorte), etc... Plus d'infos :  http://www.bajutsu.com/.
  • Dakyū (打 毬) : Ancètre du polo, cette activité ludique venue de Chine fut inscrite comme discipline martiale par Tokugawa Yoshimune. Plus d'infos : http://www.kunaicho.go.jp/e-culture/bajutsu.html.
  • Kishajutsu (騎射術) : Techniques de combat et de tir à l'arc à cheval.
  • Suiba (水馬) : Techniques de tir à l'arc à cheval.
  • Suiei (水泳術) : Techniques du combat aquatique en armure.
  • Sōjutsu (槍 術) : Techniques du maniement de la yari ou (lance) japonaise. Cet art martial est pratiqué revêtu de l'ancienne armure des samurai.
  • Kusarigamajutsu (鎖 鎌術) : Techniques d'utilisation de la Kusarigama (arme composée d'une faucille et d'une chaîne plombée au bout).
  • Naginatajutsu (長刀術 ou 薙刀術) : Technique de maniement de la hallebarde traditionnelle et de la naginata (hallebarde japonnaise).
  • Kenjutsu (剣術) : Technique du sabre de samuraï.
  • Jūjutsu (柔術) :  Technique de combat à mains nues, lorsque le samuraï est désarmé.
  • Iaijutsu (居合術) : Technique de dégainement rapide du sabre pour se débarasser de l'adversaire.
  • Hojōjutsu (捕縄術) : encore appelé nawajutsu (縄術?) Techniques qui consistent à ligoter une personne à l'aide de cordes.
  • Hananeji (鼻捻) : Le hananeji a été initialement utilisé pour contrôler chevaux rétifs. C'était un bâton d'environ 30 cm de long, généralement équipé d'un cordon. Un des trois outils de l'écurie (dessangou umagoya 马小屋三具), les autres étant le jingama (阵镰 : faux champ de bataille) et le Bashin (马 针 : petit couteau). Leurs utilisations ont été adaptés pour l'auto-défense. L'utilisation de l'hananeji pour le combat, hanaji no Jutsu鼻捻の術 était équipé d'une lame courte, comme un kama, et était connu comme un gunhananejibō.
  • Yoroigumi (鎧組) : Techniques de combat en armure.
  • Shurikenjutsu (手裏剣術) :  Techniques des armes de jets comme les shuriken, les senban ou encore les kunaï.
  • Ishibiya (石火矢) :  Maniement du canon
  • Teppō (鉄砲) : Maniement d'une arme à feu
 
 

Ninja Juhakkei

  • Taijutsu (techniques à mains nues) : il comprenait :

  1. Le Dakentaijutsu (frappes des poings et des pieds, bloquages), qui inclue le Koppojutsu (bris des os) et le Kosshijutsu (frappe des nerfs et des muscles)
  2. Le Jutaijutsu (saisies), qui inclue le Nagewaza (projections) et le Shimewaza (étranglements)
  3. Le Taihenjutsu (déplacement silencieux, roulades, sauts, chutes), qui inclue l'Ukemi (chutes), le Kaiten (roulades) et le Hichojutsu (sauts)
  • Seishin Teki Kyoyo (raffinage spirituel) : le ninja travaillait au développement d'une connaissance profonde et aigüe de lui-même, de ses forces et faiblesses. Des exercices d'endurance mentale, de perception et de perspective étaient dispensés parallèlement à son entraînement physique.
  • Ninja Ken (épée ninja) : l'épée ninja à lame droite, courte et à un seul tranchant, est considérée comme la première arme du ninja.
  • Bojutsu (techniques du bâton) : le ninja Togakure utilisait le bô (bâton long de 6 pieds) et le hanbô (3 pieds), ainsi que des cannes et massues de diverses tailles. Les shinobi-zue, semblables extérieurement à des cannes de marche, recélaient des lames, des chaînes, ou des darts.
  • Shurikenjutsu (techniques des lames de jet) : les shuriken étaient dissimulés dans des poches secrêtes, et servaient à harasser l'ennemi. Le Togakure-Ryu utilisait une étoile de jet spéciale à quatre pointes, nommée senban shuriken. Les bô shuriken étaient des darts droits.
  • Yarijutsu (technique de la lance) : les ninja du Togakure-Jutsu apprenaient le maniement des lances standards japonaises comme armes de combat à moyenne distance. Les lances étaient rarement jetées lors du combat. Le Togakure-Ryu utilisait également la kama-yari ("lance-faucille"), une lance qui mesurait plus de 2 m 50 et était munie d'un crochet à son extrémité.
  • Naginatajutsu (techniques de la hallebarde) : on s'en servait pour couper les jarrets des chevaux. Le ninja du Togakure-Ryu utilisait également le bisen-to, un fauchard massif.
  • Kusarigama (chaine et faucille) : la chaine de cette arme servait à attraper l'adversaire, qu'on frappait avec la faucille à laquelle elle était attachée. Le kyoketsu-shoge, une arme similaire, était préférée du Togakure-Ryu.
  • Kayakujutsu (feu et explosifs) : les ninja étaient experts dans la mise en place et l'utilisation d'explosifs visant à démolir et à semer la confusion. L'apprentissage de l'utilisation des armes à feu apparut par la suite.
  • Hensojutsu (déguisement et usurpation d'identité) : le travail d'espionnage nécessitait la capacité à assumer de fausses identités et à se déplacer sans être vu sur le théâtre des opérations. Le ninja devait savoir se déguiser rapidement en sept personnages classiques : saltimbanque (Sarugaku), ascète itinérant (komuso), moine de la montagne (yamabushi), acteur itinérant (hokashi), moine bouddhiste (sukke), fermier (tsunegata) et marchand (akindo)
  • Shinobi iri (méthodes furtives) : le travail des déplacements (en silence ; pour couvrir de longues distances), de l'intrusion dans des endroits inaccessibles (franchir les murailles, rester dans l'ombre...).
  • Bajutsu (équitation)
  • Sui ren (techniques aquatiques) : nager silencieusement ; utiliser des embarcations spéciales ; combattre sous l'eau.
  • Bo ryaku (stratégie) : l'apprentissage des tactiques non conventionnelles de tromperie, des complots politiques...
  • Cho ho (espionnage) : l'art de localiser et de recruter des espions.
  • Intonjutsu (évasion et dissimulation) : les ninja étaient experts dans les techniques de "disparition" à volonté, qui faisaient un grand usage de la nature. Le goton-po (les 5 éléments d'évasion) était basé sur l'utilisation savante de la terre, de l'eau, du feu, du métal et du bois.
  • Ten mon (météorologie)
  • Chi mon (géographie)
 
 

En Kukishin-ryû, on parle de Happo Biken , les "8 voies et les épées secrêtes" :

    • Taijutsu (déplacement du corps), Hichojutsu (sauts), Nawanage (jets de corde)
    • Karate (combat à mains nues), Koppojutsu (bris d'os), Jutaijutsu (projections)
    • Sojutsu (lance), Naginatajutsu (hallebarde)
    • Bojutsu (bâton de 1,8m), Jôjutsu (bâton de 1,2m), Hanbôjutsu (bâton de 0,9m)
    • Senban Nage (jet d'étoiles), Tokenjutsu (jet de lames), Shurikenjutsu (jet d'étoiles)
    • Kajutsu (feux et explosifs), Suijutsu (techniques aquatiques)
    • Chiku Jo (construction et pénétration de forteresses), Gunryaku Heiho (tactiques militaires)
    • Onshinjutsu (dissimulation), Hensojutsu. (déguisement)
    • Ken (épée), Kodachi (lames courtes), Jutte (bâton)

coucou